Gaston SAVE

Gaston SAVE

(1844 - 1901)
Gaston SAVE  "La citadelle de Saint Dié"

  Peintre, historien, né à Saint-Dié en 1844 et décède à Nancy en 1901.
Il est le fils du garde général des Eaux et forêts Louis Étienne Save et de Sophie Julie Zetter. Ses études se déroulent au collège de Saint-Dié, puis au collège Sainte-Barbe à Paris, où il doit se préparer à une carrière de forestier. Bachelier ès lettres et ès sciences, il est admissible à l’école forestière de Nancy mais, à Paris, il a fréquenté les peintres et le musée du Louvre. Il s’installe à Paris et devient artiste peintre.
Au salon de 1870, il présente Le Peuple pressentant sa délivrance, qui lui vaut une médaille de bronze. Il participe à la Commune de Paris, puis s’exile à Londres, puis en Suisse pour éviter les représailles.
De 1874 à 1876, il réside à Strasbourg où il vit en réalisant des eaux-fortes et des lithographies, puis en 1877, il est de retour à Saint-Dié où il devient un des membres les plus actifs de la Société Philomatique, fondée en 1875 par Henri Bardy. Il décore, à la demande du maire, la grande salle de théâtre inauguré en 1879 et réalise des décorations murales pour plusieurs immeubles bourgeois de la ville.

Très attaché à sa ville et à son histoire, il entreprend des recherches sur le terrain, aux Molières et à La Bure, il étudie Saint-Dié et ses savants au XVIe siècle, il propose une reconstitution médiévale du vieux Saint-Dié, s’intéresse à Jacques Augustin, à Pierre de Blarru. Il publie les résultats de ses travaux dans le bulletin de la Société Philomatique et aussi, en 1881 et 1882, dans Le Patriote vosgien, journal qu’il rédige entièrement pour soutenir la candidature d’Henri Rovel, commandant d’artillerie, républicain progressiste, contre celle de Jules Ferry aux élections législatives. Il est attentif à la situation difficile du monde du travail et à ses revendications. Avec Isidore Finance, il monte à Saint-Dié un cercle d’études sociales pour l’éducation ouvrière.

Il organise à Saint-Dié et à Remiremont des expositions de Beaux-Arts importantes et il enrichit le musée de Saint-Dié de nombreux dons. Puis il part s’installer à Nancy ; il décore les salles de spectacles de Toul, Neufchâteau, Bar-le-Duc. Il restaure la coupole de la cathédrale de Nancy et les églises de Malzéville, de Saint-Clément et de Saint-Dié. Il est le principal collaborateur de la Lorraine artiste, dans laquelle il consacre des études aux artistes lorrains.

En juin 1901, il revient à Saint-Dié visiter les découvertes faites dans le sol du chœur de la cathédrale et meurt peu après à Nancy. Quelques-uns de ses dossiers de travail ont été légués à la bibliothèque de Saint-Dié par sa fille.

À part ses travaux de fresquiste et ses estampes, il semble n’avoir laissé que peu d’œuvres peintes. 

Bibl. :   Regards, N° 139, mars 1984, p. 4.
            DBMOF, tome 9, p. 99.
            Bardy (H.).- Gaston Save artiste peintre.– in Bulletin de la           Société Philomatique vosgienne, tome XXVII, 1901, 1902, p. 347 – 358.

            EcriVosges  : "Biographie vosgienne".
 

 

 

 

 
 

 
 

 


Oeuvres de Gaston SAVE mises en vente

Affichage 1 - 1 sur 1

The tavern - Huile sur toile signée

Lot n° 119
284.5 cm x 160.0 cm

 

 

Le détail des ventes est uniquement accessible aux abonnés.

Créez un compte gratuitement puis abonnez-vous !