Jean VODAINE

Jean VODAINE

(1921 - 2006)
Jean VODAINE

Jean Vodaine, pseudonyme de Frédéric Vladimir Kaucic, né le 6 juillet 1921 à Volče (aujourd'hui en Slovénie, partie de la commune de Tolmin) et mort le 8 août 2006 à Pont-à-Mousson.
C'est un typographe, poète,peintre et éditeur français d'origine slovène
 

Lorsqu’en 1924 il arrive en Moselle, Jean Vodaine se nomme Frédéric Vladimir Kaucic. Titulaire d'un CAP de cordonnier en 1938, il exercera toutes sortes de métiers (manœuvre aux hauts-fourneaux de Thionville, ouvrier électricien, comptable de chantier, ou aide-métreur à Alsthom), parallèlement à ses activités littéraires et artistiques.
Il ne revêtira le pseudonyme qu’en 1947 à l’occasion de la publication de son premier recueil de poèmes, Rose et noir. Année doublement décisive, 1947 voit le poète acquérir une presse à bras sur les conseils de Pierre Boujut.
En cette année, dans l'effervescence poétique de l'après-guerre, il écrit des poèmes et commence à imprimer des textes. En 1948, il reçoit le prix Germaine Briant (revue Le Goéland) parallèlement de l'autre côté du Rhin lui est décerné le Prix Gutenberg.
Installé à Montpellier puis en Lorraine, Vodaine a publié depuis la plupart des tenants de l’art brut. (Jules Mougin, Chaissac, Jakovsky, Dubuffet, Queneau) mais aussi Norge, Franz Hellens, Ben, Joseph Delteil ou Roger Rabiniaux.

Le nom de Jean Vodaine reste attaché à l’expérience de Dire, revue typographique et poétique qu’il lance en 1962 (avec Edmond Dune et Adrien Printz) après Poésie avec nous (1949-1950), Courrier de poésie (1951-1954), La Tour aux puces (1958-1961).

Avec la collaboration de Frédéric Jacques Temple, Adrien Printz, Arthur Praillet, Jean Le Mauve, Alain Clément, Edmond Dune ou Jean-Paul Michel, Dire fut jusqu’en 1984 le lieu d’expérimentations typographiques telles que le mélange de police de caractères ou les forts encrages et foulages. Liées souvent au manque de moyens, ces pratiques témoignent également de l’imagination de l’autodidacte Vodaine qui établit des combinaisons de papiers rudimentaires et de formats insolites (« poèmes-affiches ») ou renouvelle à partir de 1955 le typogramme dadaïste après une rencontre avec Tristan Tzara.
Sa revue, publiée jusqu'en 1984, avait rencontré un écho international en dépit de son tirage limité : ses sommaires se sont enorgueillis des noms de Léopold Sédar Senghor, Ernest Hemingway, Allen Ginsberg ou Henry Miller.
En 1987, Jean Vodaine fut le premier Français couronné par le prix allemand de typographie Victor Otto Stomps (DE) (Musée Gutenberg).

Plus tard, il s'installe à Baslieux. En 2005, la commune de Yutz lui dédiera une rue.

Vodaine a peint inlassablement et avec passion la vie, les femmes, les fleurs, les lieux qu'il a aimés, les êtres côtoyés et admirés, mais aussi le foot, "La danse folk", "Les para" et ses innombrables "Drôles d'oiseaux". Il a peint les êtres, les animaux, les présences imaginées, la poésie du quotidien, le prosaïque, et l' "Attrait", le désir, "La vue perçante", "Les questions sans réponses"…

Il nous offre un univers flamboyant et secret, où sa palette est unique, où la couleur est comme libérée, tantôt intense, imposante et forte, et ailleurs sourde et lointaine, une gamme de tons, de lignes et de touches orchestrés librement et rigoureusement, comme une partition sans début ni fin.

Les peintures et les estampes de Vodaine nous rappellent et nous ramènent au bonheur et à la rumeur assourdissants d'exister et de vivre et à la nostalgie de ce qui se retire, à l'énigme insondable de ce qui est insaisissable, à l'attachement pour les êtres, les lieux aimés et la nécessité de partir et d'oser "passer" alors même que "Partir c'est mourir un peu"…

Il n'a cessé de peindre et de graver dans cette césure, dans l'épaisseur du temps où les êtres et les choses n'ont plus d'âge, dans la densité et la légèreté, l'intensité et la délicatesse, le regard et les mots, la matière et le trait, le dire et le silence, le papier et les mots, les mots et la peinture, le poème et l'affiche, la lettre et le poème; dans cette césure joyeuse, parfois mystérieuse et étrange, intense, vertigineuse, périlleuse, toujours bouleversante: entre figuration et abstraction.

Ses oeuvres sont actuellement exposées à la Galerie Lu à Luxembourg.

 Bibl  :  "http://www.lagalerie.lu/Vodaine/"
             "Wikipédia.org"

 


Oeuvres de Jean VODAINE mises en vente

Affichage 1 - 4 sur 4

Lot d'ouvrages illustrés par J. Vodaine - dessins et gravures signés

Lot n° 388

Le détail des ventes est uniquement accessible aux abonnés.

Créez un compte gratuitement puis abonnez-vous !


Le passeur de mots - Typographie & Poésie

“Text auf Französisch! Sehr guter Zustand. // Ouvrage publié à l'occasion de l'exposition "Jean Vodaine, le passeur de mots" proposée par la bibliothèque-médiathèque du Pontiffroy de Metz du 23 mai au 21 juin 1997, présentée à la bibliothèque nationale du Luxembourg du 27 juin au 30 septembre 1997 /lager 0046 ISBN: 2879800331”

Le détail des ventes est uniquement accessible aux abonnés.

Créez un compte gratuitement puis abonnez-vous !


Composition - Linogravure signée

Lot n°223
32cmx23,5cm
Epreuve d'artiste

Le détail des ventes est uniquement accessible aux abonnés.

Créez un compte gratuitement puis abonnez-vous !


Le musicien - Lithographie signée

Lot n° 22
Epreuve d'artiste
56cmx39cm

Le détail des ventes est uniquement accessible aux abonnés.

Créez un compte gratuitement puis abonnez-vous !