La noyée

La noyée - Huile sur panneau d'isorel signée

img_abonnes_only2.jpg

lot n° 120
Illustration  P. 76 du catalogue
46 cm x 55.0 cm

Provenance : Collection Bazaine Expositions : Galerie Friedland, Janvier - Février 1942 Francis Gruber, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, Novembre 1976 - Janvier 1977, n° 23 Francis Gruber, l'oeil à vif, Nancy - Clermond Ferrand, 2009, reproduit p. 102 Bibliographie : Catherine Bernad - Gruber, Armelle Vanazzi, Francis Gruber, Neuchâtel, 1989, reproduit p. 71 CR « En 1941, La Noyée rappelle les véritables scènes de viol dans la France en guerre. L'année suivante, c'est la France violentée par les allemands que représente allégoriquement l'Hommage à Callot (Collection Jacques Bazaine et offert au Musée de Nancy) (1942) la complicité quasi sadique que Gruber semble entretenir avec ces scènes de viol ne serait autre qu'un pacte avec la mort elle-même. Par analogie, le propos de Giacometti sur Jacques Callot, publié dans Labyrinthe en 1945 peut être éclairante.» In Francis Gruber, l'oeil à vif, Nancy - Clermond Ferrand, 2009, Sarah Wilson, p. 72. « Ce ne sont que des scènes de destruction, de torture, de viol, incendie et naufrage (....) l'élément sexuel ou érotique n'est présenté chez Callot que par des viols , des martyres et des allusions obscènes. Le seul élément permanent et positif chez Callot c'est le vide béant dans lequel ses personnages gesticulant s'exterminent et s'abolissent .... » In Alberto Giacometti A propos de Jacques Callot, Labyrinthe, 7, 15 Avril 1945. p 3