La Trinité ou Trône de Grâce

La Trinité ou Trône de Grâce - Sculpture calcaire en applique

Lot n° 52
Groupe en pierre calcaire sculpté en applique.
Accidents et anciennes restaurations (notamment colombe et visage de Dieu le Père), encrassement.
Restaurations, notamment colombe et cou.

H. 81 L. 32,5 l. 20 cm

Littérature en rapport : Jenny Thouvenot, « La Sainte- Trinité », in Revue d'histoire de l'Eglise de France, année 1991, 198, pp.241-249.
Le dogme de la Trinité, institué en 325 au concile de Nicée, est le fondement même de la vie chrétienne. En 1334, une fête de la Trinité, fixée par Jean XXII, donne un nouvel élan à la piété trinitaire et génère une iconographie particulière et l'institution de nombreux lieux de culte dédiés. Ce culte se diffuse spécialement en Bretagne et dans l'est de la France en Lorraine, Bourgogne et Franche-Comté de la fin du XVe siècle jusqu'au XVIIe siècle. Parmi les différentes variantes apparait le trône de grâce comme en témoigne
notre sculpture : Dieu le Père portant la tiare papale est assis sur un trône (ici un simple banc) et porte la croix sur laquelle est cloué son Fils. Une colombe, symbole de l'Esprit Saint glisse de sa barbe vers la tête du Christ.
Cette iconographie du trône de grâce matérialise le texte issu de l'épître aux Hébreux (4, 16) : « Jésus, le Fils de Dieu, a été éprouvé en tous points, à notre ressemblance, mais sans pécher. Avançons-nous donc avec pleine assurance vers le trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce pour être aidés en temps voulu. »