Claude GELLÉE dit Le Lorrain, Jacques BELLANGE, Jacques CALLOT ou Nicolas BEATRIZET aux cimaises chez Christie's à New York


Claude GELLÉE le Lorrain          :     Le bouvier

Mardi 29 janvier prochain, la Maison Christie's va proposer dans sa salle de New York sa traditionnelle vente d'estampes anciennes.
Des pièces exceptionnelles vont être proposées avec dans les écoles primitives, un burin du Maître E.S. (actif vers 1450-1467) estimé entre 300 000 et 500 000 USD, le célébrissime et inestimable "Saint Eustace" de Dürer dans une superbe condition :
                                             2019_NYR_16544_0030_000(albrecht_durer_saint_eustace)_0.jpg

 

le tout aussi superbe "Saint Jérome lisant dans un paysage italien" de Rembrandt  estimé entre 300 000 et 400 000 USD. Du même maître, l'extraordinaire eau forte "Les trois arbres" estimée entre 250 000 et 350 000 USD sera accompagnée par les quatorze planches des "Carceri" de Giovani Battista Piranesi estimées entre 180 000 et 250 000 USD et de trés nombreuses gravures de maîtres bien connus des amateurs d'estampes comme Lucas de Leyde, Goya Y Lucientes, Liotard, Andréa Mantegna ou Albrecht Altdorfer et bien d'autres qui seront à découvrir sur le catalogue de la vente. 
Pour les lorrains, on trouvera un beau burin de Nicolas BEATRIZET "A Bacchanal with Putti carrying an Ass into a Cooking-Pot" estimé entre 872 et 1308 euros, de Jacques BELLANGE, la rare gravure à l'eau forte "Caspar des Trois Rois Mages" et de Jacques CALLOT, la belle série des "Caprices" ou les traditionnelles "Grandes misères de la guerre" en deuxième état sur trois à petites marges et estimées entre 4361 et 6106 euros.
L'estampe que nous vous proposons, est la planche nommée "Le bouvier" de Claude GELLÉE dit Le Lorrain. Cette gravure en superbe condition est du troisième état  sur six avec de belles marges et estimée entre 4361 et 6106 euros.

Dans son "Calendrier des ventes", Artlorrain.com présente ces oeuvres reproduites dans les dossiers de chacun de ces artistes lorrains.

Une vente présentant des oeuvres d'une telle qualité devient fort rare et les collectionneurs (fortunés !) vont se régaler.
Robert LETERRIER