Christophe FRATIN


Christophe FRATIN

Le 1er janvier 1801 est né dans la ville de Metz un enfant de sexe masculin  nommé Christophe FRATIN.
Son père Henry FRATIN était "empailleur d'animaux" (sic) et le jeune Christophe "put apprécier la variété des formes que la nature imprime à ses créations" (cf. in de Vaucher 1847 - Archives des Hommes du Jour  "
Inscrit à l'Ecole de dessin de la ville, il eut comme congénère Auguste HUSSENOT et Auguste MIGETTE qui furent ses témoins lors de son mariage en juin 1836.
Vers 1821, il gagne la Capitale et fut élève de Carle Vernet et de Géricault. Ses premières présentations au Salon datent de 1831 avec des modèles en cire dont "Fermer, cheval anglais de pur sang". Il sera donc sculpteur.
Toute sa vie durant, il va créer une multitude de sculptures animalières avec des panthères, des cerfs, des vautours, des sangliers, des singes, des ours, des scènes de haras comme ce grand exemplaire qui vient d'être cédé à Paris chez Artcurial pour la modeste sommme de 100 000 euros le 21 mars dernier.  
      O_FRATIN - Trois_chevaux_scène_de_haras .jpg

Au Salon de 1835, il présente entre autres un "Taureau combattant des chiens" ou un "Eléphant tuant un tigre". A celui de 1836, les amateurs découvrent un "Tigre tenant une proie" et dans celui de 1837 un groupe en plâtre "Jument et son poulain". Après 1840, il travaille sur la façade du château de Dampierre puis en Allemagne au château de Potsdam-Sans-Souci. Le succès était là, la sculpture animalière d'artistes comme Barye et celle de notre messin était particulièrement appréciée.
 
La sculpture qu'Artlorrain.com a repéré cette semaine "Cheval attaqué par un lion" est une réduction du modèle qui a figuré au Salon de 1853. Ce groupe en bronze, H. 2m L. 1,50m est exposé dans le cadre du Square Montrouge  à Paris. Il avait été commandé par le Ministre de l'Intérieur en 1851 pour une somme de 6 000 francs de l'époque.
Notre petite sculpture, H. 21cm, va être présentée à la vente le 13 avril prochain à l'Hotel Drouot par l'étude Crait+Muller avec une modeste estimation de 600 à 800 euros.
      O_FRATIN - Cheval_attaqué_par_un_lion.jpg

Lors des tout-prochains jours, plusieurs autres sculptures en bronze de l'artiste vont être mises aux enchères, en voici quelques unes :
Ce lundi 2 avril à Deauville "Jockey sur son cheval"
                                 O_FRATIN - Jockey_sur_son_cheval .jpg

Le samedi 7, en Avignon, Maitre Armengau va offrir aux amateurs cette "Paire de cerfs"
                                 O_FRATIN - Paire_de_cerfs.jpg

Le 13 avril à Drouot Paris, figurera aussi chez Crait+Muller cette "Paire de coupes aux ours et fleurs"
                                 O_FRATIN - Paire_de_coupes_aux_ours_et_aux_fleurs.jpg

Le 20avril prochain, toujours dans le cadre de l'Hotel de ventes Drouot, ce "Lion capturant un gavial"
                                     O_FRATIN - Lion_capturant_un_gavial.jpg
Enfin, le même jour et chez le même Commissaire-priseur on pourra préférer cet ensemble en bronze créé par Fratin vers 1860 "Ours tenant une coupe, dit « A la bassine ».
                                         O_FRATIN - Ours_tenant_une_coupe_dit_A_la_bassine.jpg

La mode passe et les sculptures de Fratin seront moins appréciées à partir de 1856 et jusqu'en 1864, date de son décés au Raincy, l'artiste aura de graves difficultés financières qui le conduiront à solliciter l'aide de ses amis puis à organiser plusieurs ventes aux enchères des oeuvres de son atelier, ventes qui eurent peu de succès.
Juste retour des choses, en notre XXIème siècle, il ne se passe pas une semaine où Artlorrain.com ne répertorie une vente avec un ou plusieurs de ses petits bronzes animaliers.
Retrouvez les sur la fiche de l'artiste.
Robert LETERRIER