Charles-Nicolas SONNINI de MANONCOURT

Charles-Nicolas SONNINI de MANONCOURT

1751 - 1812
Charles- Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt

Charles- Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt né à Lunéville,  fait ses études à l’université de  Pont à Mousson, au pensionnat des Jésuites, et il est élevé au grade de docteur en philosophie le 21 juillet 1766, à 15 ans et demi (La Lorraine et le Barrois sont alors devenus Français à la mort du roi Stanislas en février de la même année).

Charles-Nicolas de Manoncourt étudie le droit à Strasbourg, est reçu avocat à la cour souveraine de Nancy, le 14 novembre 1768.

Pour assouvir sa passion des voyages, il entre dans la carrière des armes et entre au service de la marine à 18 ans, partant pour  Cayenne ( Guyane) en 1772, en tant que cadet à l’aiguillette.

Il visite la Guyane et l’île de Cayenne, et poursuit des excursions topographiques dans des terres inconnues, lors d'une expédition d'octobre 1773 à avril 1774 dans l'intérieur de la Guyane, passant le  Rio Negro, à la frontière entre Brésil et Pérou. Il trouve une route vers la montagne, ‘la Gabrielle’, et on construit un canal qui porte son nom sur ce parcours (il a alors 23 ans), rendant ainsi de grands services au commerce de la France.

Pendant son séjour, il fait d’importantes observations d’ histoire naturelle et rapporte des collections ornithologiques, qu’il donne à son retour en  France métropolitaine au Cabinet d'histoire naturelle.

Le 26 avril 1777, il embarque sur l’Atalante, à destination de l’Égypte, où il arrive le 20 juin. Il propose au gouvernement français de conduire une expédition pour traverser l' Afrique du nord au sud, mais sa demande reste lettre morte.

Il parcourt le pays, donne de bonnes descriptions de certaines régions, et deux de ses routes sont tracées (dont la route du voyageur Sonnini en 1778). Le 17 octobre 1778, il part pour la Turquie, visite la Grèce, en regardant plus particulièrement les îles de la mer Égée.

Il fait ensuite une campagne de guerre sur la Mignone, avec le chevalier d’Entrecasteaux (dans les combats le 27 mai 1780), et il rentre à Toulon le 18 octobre. Il rapporte quelques espèces végétales dont il propose la mise en culture en France. Ainsi il présente le 25 août 1787 un Mémoire sur la culture et les avantages du chou-navet de Laponie à l'Académie royale des sciences, arts et belles-lettres de Nancy.

Il fait paraître en 1798 le compte-rendu de son périple sous le titre de Voyage dans la haute et basse Égypte, fait par ordre de l'ancien gouvernement, et contenant des observations de tous genres (illustré par J.-B.-P. Tardieu) et en1801-1802 Voyage en Grèce et en Turquie.

Après la Révolution qu'il traverse difficilement il reprend ses publications.
En 1810 il part pour l'Europe de l'est et rentre en 1812 malade et meurt à Paris.

De ses voyages, Charles- Nicolas-Sigisbert Sonnini de Manoncourt a rapporté de très nombreux dessins et aquarelles.

Bibl.  :  "Wikipédia"

Catégorie: