Portrait de jeune femme (1805)

Date: 
1805
Portrait de jeune femme (1805) - Aquarelle gouachée sur ivoire signée

img_abonnes_only2.jpg

lot n° 150
Les épaules couvertes d'un châle rouge. En buste, presque de face, elle est coiffée de boucles relevées et retenues par un peigne de perles ». Exceptionnelle aquarelle et gouache ovale sur ivoire, signée et datée à droite : Augustin. 1805. Dans un cadre « à réverbère » en or ciselé et bordé de disques émaillés blancs, la Marie-Louise en vermeil à fond amati. (quelques infimes manques aux perles d'émail du cadre).
Haut. 6,3 cm. Long. 5,2 cm. Cadre : Haut. 9, 3 cm. Long. 8,3 cm.
Provenance : Vente Binoche et Giquello du 06/06/2012 n°49. Avec comme expert : Olivier BORÉ PARIS.
Historique  : Demeurée dans la descendance de la famille depuis 1805. Bibliographie : Reproduite dans le Catalogue de l'Exposition : « Jean-Baptiste AUGUSTIN, Peintre en miniature », Saint-Dié-des-Vosges, 17 avril au 20 juin 2010. A rapprocher du « portrait de femme à la robe blanche et peigne de corail », Vente Heidelberg 2011. Référence : Reprenant une pose chère à l'artiste, Augustin a peint cette miniature en 1805. Comme pour accentuer la beauté du modèle, esquissant un léger sourire, il le place devant un fond en frottis brun-vert faisant ressortir la clarté des carnations et l'intensité du châle rouge avec pour unique bijou un peigne orné de perles. Ainsi, de cette mise en scène simplifiée à l'extrême émane une tranquillité où seule la beauté a sa place, cette beauté que Lassale, dans sa critique de 1808, p. 408, qualifiait de « portrait de perfection ». En 1806, AUGUSTIN peint un portrait de NAPOLEON loué par la critique et devient peintre officiel de la Cour Impériale. Ces portraits de l'Empereur étaient utilisés comme ceux d'ISABEY pour orner les boites de présents.