L'Hotel abbatial de Lunéville expose des oeuvres de Jean-Baptiste SOYER et de son fils Hubert-Félix Soyer-Willemet


L'Hôtel abbatial de Lunéville (54300), transformé en espace muséal depuis 2016, accueille depuis le 19 mai une nouvelle exposition qui fait la part belle au miniaturiste lorrain Jean-Baptiste SOYER (1752 - 1828) et à son fils, Hubert-Félix Soyer-Willemet (1791 - 1867), qui fut un éminent botaniste et géologue.
Cette exposition temporaire permet également de plonger dans l'univers d'autres peintres miniaturistes, comme Rosalie DROUOT (1791 - 1825), mais aussi de s'immiscer dans cet univers des arts décoratifs et arts de la fête si prégnant sous l'Empire (début XIXe). Une exposition qui a reçu le soutien de la Fondation Napoléon, dans le cadre des commémorations impériales 2021. Notons qu'à l'étage, les visiteurs peuvent toujours admirer la reconstitution à l'identique d'un appartement du XVIIIe siècle de l'aristocratie ou de la haute bourgeoisie de province (avec ses meubles, ses tapisseries, ses lustres, ses objets du quotidien, etc.).
A l'occasion de cette exposition, l'association "Les amis de Lunéville" a fait paraître un petit ouvrage consacré à cet artiste.

                                            Jean-Baptiste SOYER .jpg

 

De Jean-Baptiste SOYER voici quelques unes de ses plus belles miniatures :

O_SOYER - Portrait d'un gentilhomme assis devant son bureau.jpg

Ce "Portrait d'homme assis devant son bureau"

Cette "Jeune femme peignant une miniature"
O_SOYER - Portrait d'uns dame peignant une miniature.jpg

Ou ce " Portrait d'homme en redingote bleue a haut col rebrode d'or"
O_SOYER - Portrait d'homme en redingote bleue a haut col rebrode d'or.jpg

Les miniatures de Soyer sont reconnaissables d’entre toutes par l’expression de ses modèles, qui prennent place dans des compositions où plusieurs personnages, souvent issus d’une même famille, sont agencés dans un rendu brillant dont chaque pli éclaire le précédent. Ses portraits témoignent des mœurs de son temps ainsi que de l’évolution des codes vestimentaires sous le règne de Napoléon : les femmes laissent peu à peu tomber les robes à l’anglaise et le style Marie-Antoinette pour des robes rondes et plus légères. Les hommes portent des redingotes à l’anglaise ou des vestes à col montant, dans des costumes qui laissent transparaître leurs fonctions (militaires, religieuses, etc.). Les personnages de Soyer sont ainsi dépeints dans de modestes apparats qui participent de l’intimité des portraits miniatures. À cette fresque vient se greffer tout un ensemble d’objets qui traduisent les goûts de l’époque : ici, des pièces de mobilier (canapé méridienne, secrétaire, pendules, etc.), dont le style Empire s’inspire entre autres de l’imaginaire rapporté de la campagne d’Égypte pour recouvrir l’échec militaire ; là, un buste en faïence de Napoléon Ier, des services de table d’influence néo-classique, ou encore des décors de paille à l’effigie de l’Empereur. Une plongée fascinante dans une époque de faste et d’élégance, au cœur d’une société foisonnante, qui ne cessera de se réinventer.

Cf : https://www.arts-in-the-city.com/2021/05/11/exposition-jean-baptiste-soy...

Voici un dernier exemple avec ce  "Un jeune monsieur aux cheveux poudrés, en habit bleu, gilet rayé blanc"
                   jean-baptiste-soyer-a-young-gentleman-with-powdered-hair,-in-blue-coat,-striped-white-waistcoat-and-knotted-cravat-and.jpg

Si Jean-Baptiste SOYER n'a pas eu la notoriété de Jean-Baptiste ISABEY, de François DUMONT ou du déodatien Jean-Baptiste AUGUSTIN, (le prénom Jean-Baptiste très en vogue  en Lorraine n'est-ce pas Mr. Jean-Baptiste CLAUDOT, Mr Jean-Baptiste HILAIRE, Mr. Jean-Baptiste SINGRY ou Mr. Jean-Baptiste MULNIER etc... ?),  il n'en demeure pas moins que l'aristocratie et la bourgeoisie lorraine firent appel à ses services pour représenter avec succès les membres de leurs familles.
Robert LETERRIER