Marie-Pierre THIEBAUT

Marie-Pierre THIEBAUT

1933 - 2010

Ville:

Marie-Pierre THIEBAUT

Cette artiste née en 1933 à Nancy est issue d’une famille de bâtisseurs en Meurthe-et-Moselle (Rosières-aux-Salines). Après un bac en philosophie au collège de Langres, elle choisit de rejoindre Paris au début des années 1950, où elle se marie avec le peintre Charles Pierre Humbert(1920-1992). À partir de 1954, elle se forme à la sculpture auprès d’Ossip Zadkine à l’académie de la Grande Chaumière. Cet atelier (encore en activité) formera de grands noms de la sculpture et de la peinture du XXe Siècle tels que Louise Bourgeois, Amadeo Modigliani, Eugène Leroy ou encore Joan Miró.

En 1967 et 1968, Marie-Pierre Thiébaut collabore en Algérie avec l’architecte et urbaniste Fernand Pouillon (1912-1986), qui associe à ses réalisations des artistes, tels que des sculpteurs et des céramistes. Marie-Pierre Thiébaut crée pour lui des fontaines, claustras, volières et portes de bronze destinées à décorer de grands hôtels ou encore le Ministère du tourisme Algérien. Marie-Pierre Thiébaut sera alors inspirée par la découverte du Sud algérien et ses constructions traditionnelles, souvent en torchis, aux volumes simples et à la décoration dépouillée.

Après cette collaboration, l’artiste s’installe définitivement à Gordes en 1968, dans le Vaucluse, où elle approfondit ses recherches. Marie-Pierre Thiébaut construit son atelier à proximité d’une borie qu’elle aménage. Elle a besoin de cette nature environnante pour travailler. Nombre de ses œuvres seront photographiées par Michelle Porte, comme s’intégrant à ce paysage. Ponctuellement, à la demande d’amis, elle construit et aménage dans la région des habitations et des ateliers. Le style épuré de l’architecture de Marie-Pierre Thiébaut, que beaucoup définissent comme une « architecture-sculpture ». Toujours en lien avec un environnement naturel, ces habitations se distinguent par un aménagement conçu de l’intérieur vers l’extérieur, adapté à l’activité du futur propriétaire. Le mobilier est intégré à la construction, les murs de plâtre sont laissés blanc pour repousser la chaleur et la décoration se résume à des objets sobres ou traditionnels.

De nombreuses personnalités de l’art tels que François Barré, le peintre Jean Degottex et sa femme Renée Beslon, ou encore le philosophe et critique d’art Maurice Benhamou, s’intéressent à son travail, préfacent ses expositions et deviennent des amis. Marie-Pierre Thiébaut restera toujours en marge du « marché de l’art ». Effacement et pudeur d’une artiste dont le travail est profondément et intimement lié à la nature, à son expérience, à son ressenti, dans laquelle Marie-Pierre Thiébaut puise sa force de création. Liée d’une très forte amitié avec l’écrivain Marguerite Duras, et la cinéaste Michelle Porte, ces trois femmes s’inspireront et s’influenceront artistiquement. Toutes ces personnalités s’exprimeront sur le travail de Marie-Pierre Thiébaut, à travers des écrits, un film, des préfaces à l’occasion d’expositions. Elle décède le 19 janvier 2010.

Catégorie: