Pierre BACH - Un lorrain, grand amoureux de la Corse


Pierre BACH        :  Erbalunga

Pierre BACH est natif de Toul, cette sous-préfecture de la Meurthe et Moselle en 1906.
Devant son gout prononcé pour la peinture, ses parents le poussent vers l'Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris où il se forme au contact du maitre d'atelier Paul Baudoüin et peut être de son compatriote lorrain Emile Friant lui aussi professeur dans ce prestigieux Etablissement.

Amoureux de la lumière et des paysages colorés de la Méditerranée, il se rend en Corse pour quelques jours de vacances. Il tombera sous le charme de l'Ile de Beauté et ne la quittera plus que pour des voyages au Maroc ou, plus tard en Amérique Centrale et Caraïbes.

Conseillé par le photographe corse J. Moretti, il fait rapidement l'acquisition d'une  ancienne petite maison dans le village d'Erbalunga sur la côte est du Cap Corse. Directement au contact de la mer, il la restaurera et en fera son atelier au pied d'une vieille tour génoise. On découvre ce lieu dans l'Oeuvre que je vous présente  en tête de cet article, l'atelier de l'artiste est au contact de la vieille tour.
Cette maison sera son havre de paix et d'inspiration.
                      pierre-bach-corse,-maison-à-erbalunga.jpg

 

  De là, il va parcourir l'ile d'Est en Ouest et du Nord au Sud à la recherche de paysages tourmentés sur la côte ou dans cette belle montagne sauvage.
Par la magie de sa palette et de sa "touche", Pierre Bach nous montre ces paysages grandioses, violents et chaotiques.
La roche corse est verte sur la Cap, rouge à Piana, noire à Bavella et peut être bleue à Asco, jaune comme à "Calvi au soleil couchant"
                     O_BACH - Calvi.jpg

ou encore rose au petit matin sur cette "Route de montagne".
                     O_BACH - Route_de_montagne.jpg 

 

Couleurs toujours appliquées au couteau et surtout pas au trop souple pinceau pour décrire l'extraordinaire "brutalité" de la lumière corse. 
En 1971, souffrant, il va quitter sa vieille maison d'Erbalunga. Il dira qu'il part avec grand peine et ajoute " ...il faut que je m'éloigne de cette mer que j'aime tant mais qui ronge le bois, qui rouille le fer et qui a mis à mal mon organisme. un organisme soumis à rude épreuve, il est vrai. Car j'ai parcouru le monde à la recherche de paysages nouveaux, d'expressions nouvelles. j'ai tour à tour planté ma tente ou vécu dans les plus grands palaces du Mexique, du Guatémala, des Antilles, de la Guadeloupe, de l'Afrique du Nord et j'en passe.
O_BAC - Sidi_Bou_Saïd.jpg                    O_BACH - Marché_au_Guatémala.jpg

 

Mais nulle part ailleurs je ne me suis aussi bien "senti dans ma peau" qu'à Erbalunga......."

Son dernier voyage achevé, en 1971, il regagnera son cher village corse et repose désormais sous une simple dalle de pierre grise avec ces mots " Pierre BACH peintre"

Robert LETERRIER