L'oeuvre de la semaine


Louis VIVIN       :      La Place des Halles et l'Eglise Saint Eustache à Paris

L'art naïf français doit son origine au XIXème siècle avec le "Douanier Rousseau" qui a peint ses représentations de paysages exotiques en dehors des normes académiques de l'époque.
Puis, de nombreux artistes, en général autodidactes ont prolongé ce style parfois qualifié d'enfantin. On pourrait citer André Bauchant, Camille Bombois, Séraphine de Senlis ou encore Jean Eve.
Dans notre Lorraine, un nom est bien connu des amateurs de cet art "fantastique" : Louis VIVIN.
Il est né dans un petit village des Vosges, Hadol en 1861 et il entrera en 1878 dans l'administration Postale comme ambulant sur les lignes de chemin de fer de l'Est.
Il se consacrera totalement à la peinture à partir  de 1922.
Il peindra de multiples représentations des monuments parisiens, et des villes qu'il a parcouru dans son activité d'ambulant.
Ainsi  cette "Gare Montparnasse"
                 louis-vivin-gare-montparnasse,-paris.jpg

Il reprendra aussi les thèmes chers au Douanier Rousseau avec ces "Tigres à la chasse"
                 louis-vivin-les-tigres.jpg

L'huile sur toile qui est notre "coup de coeur de la semaine "  La Place des Halles et l'Eglise Saint Eustache de Paris"  est tout à fait dans ce style naïf coloré mais sans véritable perspective.
De bonne dimensions 54cmx65,4cm elle va être présentée par la Maison Christie's de Londres ce vendredi 3 mars,  avec une estimation se situant entre 2100 et 2900 euros.
Robert LETERRIER