L'Exposition du mois de mars : Etienne COURNAULT à Nancy


Etienne COURNAULT       :  La part du rève

Artlorrain.com conseille à tous les passionnés de l'Art lorrain de se rendre de toute urgence au Musée des Beaux-Arts de Nancy, Place Stanislas.
Christian Debize, commissaire de l'exposition a réuni de nombreuses oeuvres retraçant la complexité du parcours artistique du lorrain Etienne COURNAULT .
nancy-expo-etienne-cournault-au-musee-des-beaux-arts-1456384615.jpg

Petit-fils de l'orientaliste Charles COURNAULT que les lorrains connaissent pour avoir bâtit le château de la Douëra à Malzéville,  il nait à Malzéville, près de Nancy. 
Étienne COURNAULT (1891-1948) a grandi dans un milieu aisé et cultivé, il suit un parcours classique et se forme à l'Ecole des Beaux-Arts entre 1906 et 1911.
A le suite de son grand-père il est fasciné par l'Orient et « l'ailleurs ».
Décorateur « occasionnel » après avoir été remarqué par le collectionneur Jacques Doucet lors de l'exposition organisée par Max Berger à la galerie Vavin-Raspail en 1928, il commence une carrière parisienne ponctuée par des commandes, explorant avec poésie et ironie la frontière entre les beaux-arts et les arts décoratifs.
O_Etienne COURNAULT_1.jpg

Se nouent alors collaborations et amitiés avec d'autres proches de Doucet : Pierre Legrain et Rose Adler tandis qu'en 1929 il est l'un des artistes fondateurs de l'Union des artistes modernes (UAM). Très indépendant, « peintre avant tout et pardessus tout », il fait bientôt de l'atelier de la Douëra le siège d'une oeuvre aussi troublante que confidentielle. Il la nourrit par des recherches constantes sur les matériaux et expérimente avec bonheur de nombreuses techniques : peintures et objets sous verre avec miroir argenté, peintures au sable (dès 1923), pastels, gravures, et la fresque qu'il ne cesse de réinventer.

O_COURNAULT - Composition cubiste.jpg

Amoureux du visage humain, curieux des graffitis dès 1927 et de formes hybrides évoquant le surréalisme, voyageur parmi des constellations abstraites, Cournault invente sa propre modernité. « L'inutile, l'étrange, le mystère » (Roger Brielle, 1931) habitent son monde.
En collaboration avec Jean Desprès il participe à la création de nombreux bijoux qui feront fureur  et qui continuent à être recherchés.
O_COURNAULT - Broche_aux_deux_masques.jpg
    Cette « part du rêve » identifiée par André Chastel en 1951 est au coeur de l'exposition organisée par les Musées des Beaux-Arts de Nancy et de Nantes.
Artlorrain.com ne présente pas les oeuvres exposées à Nancy, vous les retrouverez sur le catalogue publié à l'occasion de cette exposition et sur la fiche d'Etienne COURNAULT de notre site, vous pourrez retrouver sa biographie et une centaine d'oeuvres passées au feu des enchères depuis une trentaine d'années.
Robert LETERRIER