Jules-Antoine VOIRIN et les personnages de la bourgeoisie nancéienne


Jules Antoine VOIRIN

Avec son frère jumeau Léon-Joseph, Jules-Antoine VOIRIN a été un chroniqueur talentueux de la vie bourgeoise nancéienne de la seconde moitié du XIXème siècle.
Sa carrière officielle, comme celle de son frère, débuta au Salon de Nancy de 1866.
À partir de 1874, il participèrent aux Salons des Beaux-Arts de Paris où ils firent de fréquents envois.
Ils  remirent à la mode la scène de genre, genre pictural disparu en province depuis la fin du xviiie siècle.
Jules-Antoine et Léon-Joseph ont consacré toute leur carrière à croquer et représenter des scènes de la vie quotidienne civiles ou militaires : scènes de rues, de cirque, de foire, de courses, des haltes militaires, des répétitions ou des défilés... vous les retrouverez sur la fiche des artistes de votre site Artlorrain.com

Leurs fameux carnets de dessins  où figurent une multitude de personnages sont particulièrement appréciés.
Les scènes de la vie militaire de Nancy telle ce "Retour de reconnaissance"
             O_VOIRIN - Returning_from_the_reconnaissance.jpg
ou cette "Place de garnison  nancéienne"  permettent à Jules-Antoine VOIRIN d'exprimer toute sa dextérité dans la représentation du monde équestre.
      jules-antoine-voirin-garrison-a-nancy.jpg

Les belles bourgeoises de la ville ont elles aussi été croquées et sur le marché de l'Art figurent de nombreux tableautins de format réduit où sont représentées ces belles demoiselles et dames de la ville.
Ainsi cette série d'huiles sur panneau (22cm x 16cm) qui vont être proposées à la vente à Deauville par la Maison Tradart le 4 février prochain.
En tête de cet article figure une "Elégante en pied". Voici les autres, tous estimés entre 300 et 500 euros.
O_VOIRIN - Elégante_au_chapeau_et_robe_bleue.jpg   O_VOIRIN - Jeune_cavalière_à_la_cravache .jpg

O_VOIRIN - Jeune_élégante_en_tenue_du_dimanche .jpg     O_VOIRIN - Jeune_femme_au_fichu_bleu.jpg
                                                O_VOIRIN - Portrait_d'élégante_en_pied_1.jpg
Robert LETERRIER