Le chasseur

Date: 
1798
Le chasseur - Statuette en terre cuite originale signée et datée

Lot n° 160
H. 35,5cm

Anciennement collection Paul Cailleux, Bayonne, musée Bonnat-Helleu, inv.CM 400/5
Claude Michel, dit Clodion, L'Homme primitif Retour de la Chasse, terre cuite, signée et datée «Clodion 1799».
Anciennement collection Marius Paulme, localisation inconnue depuis 1967.

Littérature en rapport:
Anne L. Poulet, Guilhem Scherf, Clodion 1738-1814, catalogue d'exposition, Musée du Louvre, Paris, 17 mars - 29 juin 1992, Editions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1992, pp.327-329.
Guilhem Scherf, Clodion et la sculpture française de la fin du XVIIIe siècle, Actes du colloque organisé au musée du Louvre par le service culturel, les 20 et 21 mars 1992, La documentation française, Paris, 1993.

Cette terre cuite originale représente un jeune homme aux traits classiques, dont la nudité, tout juste couverte d'une peau de bête, est mise en valeur par un beau mouvement de torsion du corps. Datée de 1798 cette statuette est à rapprocher de deux autres oeuvres du sculpteur, réalisées, pour l'une, Le Retour du chasseur, la même année, et pour l'autre, L'Homme primitif Retour de la Chasse, l'année suivante.
Les trois oeuvres, présentant de légères et subtiles variantes forment un corpus consacré au thème de la chasse, sujet se rapportant au goût de l'artiste pour les univers sylvestres et pastoraux.
Par ses dimensions et son matériau, Le chasseur appartient à la catégorie des statuettes pour amateurs, créations de Clodion les plus prisées par les collectionneurs. L'artiste s'y est adonné dès son premier séjour romain (1762-1771) et l'engouement des riches amateurs ne faiblit pas au cours de sa carrière: «Elles (ses productions) étaient achetées avant même qu'il les eut finies. Des amateurs français, italiens, anglais, allemands et russes s'empressèrent de l'occuper (...)»1.
Datée de 1798, la terre cuite présente toutes les caractéristiques stylistiques des oeuvres créées par l'artiste dans les années 1790: composition complexe aux multiples angles de vue, goût pour la nudité, travail savant des drapés, importance donnée aux accessoires.
Dans le corpus des petites oeuvres pour amateurs de Clodion, notre terre cuite fait trait d'union entre le style sensiblement baroque des influences de son séjour en Italie et la période de l'Empire durant laquelle l'artiste imprègne son oeuvre du néo-classicisme ambiant.
Cette oeuvre d'une grande sensibilité appartient à la période considérée comme l'une des plus importantes de l'artiste.

(1) Texte de Dingé de 1814, cité par Guilhem Scherf, 1992, p. 291