Adolphe BELLEVOYE

Adolphe BELLEVOYE

(1830 - 1908)

Ville:

Adolphe BELLEVOYE  "Metz"

 Il est né à Metz le 9 avril 1830 et décédé à Reims le 29 novembre 1908.         Bellevoye est un artiste, dessinateur, entomologiste, officier d’Académie et membre de société savantes français. Il fait partie des principaux graveurs messins du XIXe siècle avec les deux Malardot, de Turgy, Aimé de Lemud, Hussenot, Gallyot, Pelletier, Penguilly et Léon Simon.
Adolphe Bellevoye a suivi ses études à l’école industrielle de Metz, puis il a reçu sa formation de graveur par Louis Michaud, artiste messin  ; il suivit aussi les leçons d’Émile Faivre qui l’encouragea à réaliser des travaux artistiques. Adolphe Bellevoye tiendra une bijouterie, avec son atelier, où il exercera la gravure. Son œuvre artistique, influencée par le romantisme, illustre surtout le patrimoine historique et archéologique de Metz et de sa région. Il publiera des eaux-fortes en album : églises, châteaux et l’aqueduc de Jouy-aux-Arches. Il illustre de nombreux livres : planches de monnaies pour les numismates ; blasons, châteaux et arbres généalogiques pour les nobles ; églises, maisons anciennes, dessins de restes archéologiques, vitraux pour les érudits locaux et des ex-libris pour les bibliophiles. De plus, son œuvre numismatique avec des gravures de médailles est considérable.  Adolphe Bellevoye est aussi membre de toutes sortes de sociétés savantes où il publie des articles et des planches. En 1857 il entre à l’Académie de Metz, dès 1858 il est membre de la société d’histoire et d’archéologie de la Moselle et en 1863 il est membre de la société d’Histoire naturelle de Metz. Il appartient aussi à la Société entomologique de France. Très tôt il a commencé une collection d’insectes de toutes les parties du monde ; dès 1857 sa collection de coléoptères est importante ; cette passion durera toute sa vie.
 
Ses sentiments nationalistes sont très affectés par la guerre de 1870 et par le traité de Francfort en 1871 où l’Alsace-Lorraine devient allemande. Le 23 février 1870, il a un fils, Lucien, de Mariette Picquant, sa femme.      À partir de 1881 Adolphe Bellevoye, avec des Messins d’origine française, siège au conseil municipal. Il est chargé des affaires culturelles. Il est membre d’associations de prévoyance et de secours mutuels et réalise à cette époque la biographie et le catalogue des dessins et peintures de son ami Auguste Migette, un artiste qui a légué ses œuvres à la ville.
 
En 1887 Adolphe Bellevoye ainsi que sa femme et leur fils quittent Metz pour Reims. Cette ville est choisie en raison des contacts qu’Adolphe Bellevoye avait avec les membres de ses sociétés savantes. Le départ de Metz s’explique par les tracasseries allemandes et aussi pour éviter que Lucien fasse, plus tard, son service militaire dans l’armée allemande. Adolphe Bellevoye crée alors une nouvelle bijouterie, continue à exercer ses talents de graveur sur des médailles et d’appartenir aux sociétés savantes de sa ville natale. Il reconstitue l’ancienne société naturelle de Reims, il continue la gravure pour illustrer ses articles dans cette société, et appartient à l’Académie de Reims ; il deviendra officier d’Académie en 1889. Une rue de Metz, aujourd’hui, porte son nom.

Bibl.  :  "Wikipédia.org"


Oeuvres de Adolphe BELLEVOYE mises en vente

Affichage 1 - 1 sur 1

Feuille de neuf croquis sur l'Oratoire des Templiers à Metz - Mine de plomb signée

Lot n° 328
28cmx41cm

Le détail des ventes est uniquement accessible aux abonnés.

Créez un compte gratuitement puis abonnez-vous !